Le bonhomme est un roc, au regard tranquille. Il trace sa route, pas très bavard, en souriant. Un mélange de douceur et de détermination. Romain sait où il va, il l’a toujours su. Son père, avant lui, menait l’exploitation au lieu-dit les Pothiers (du nom de leurs ancêtres), des vignes, bien sûr, mais aussi des vaches, pour la viande, de magnifiques limousines. Quand Romain reprend le domaine, la  vigne, elle, reprend ses droits. Il passe de 5 à 18 hectares et convertit le tout à la biodynamie. Il garde quelques bêtes, élevées en bio, mais c’est le vin qui l’obsède. C’est que Romain a une vision, une passion, ancrée solidement en lui. Un talent, un don, allez savoir. Des mains d’or et une créativité lumineuse.

Aux Vents d’Anges, nous pensons qu’à l’heure actuelle, Romain a élevé les Pothiers au sommet de l’appellation. Pourtant, la concurrence est rude, Robert Sérol, avant lui, a rendu aux côtes roannaises leurs lettres de noblesses, il a fait un travail exemplaire, reconnu mondialement. Mais aujourd’hui, c’est assurément Romain qui mène la danse et qui maîtrise comme personne le gamay saint-romain (ça ne peut pas être un hasard), ce cépage ancien typique de l’appellation. Il a planté aussi du chardonnay (pour le VDP d’Urfé « Aris » et le VDP d’Urfé « Fou de Chêne ») et du pinot gris, plutôt rare dans les parages. Ce pinot gris sec, élégant, frais, racé, donne une cuvée désormais mythique, le Vin de Pays d’Urfé « Hors Piste », qui est une grande bouteille de gastronomie. L’une des meilleures parcelles du domaine est ceint de jolis murs de pierre du pays. C’est le Clos du Puy, 1,7 ha de granit, orienté à l’Est, qui jouit d’un microclimat qui donne la cuvée homonyme, merveille d’élégance et de race.

Tous les vins sont élevés avec le moins de soufre possible, pas de bois neuf, et ils reflètent la minéralité des sols granitiques. Le vignoble est situé à 500m d’altitude, ce qui confère aux jus un supplément de fraîcheur et de finesse.

Aux Vents d’Anges, on adore les vins de Romain pour leur grande buvabilité et le plaisir immédiat et intense qu’ils procurent. C’est le cas notamment du côte roannaise « domaine des Pothiers », qui est un rapport qualité-prix fantastique. Mais ce n’est pas tout : les vins sont aussi très typiques de leur terroir et du gamay saint-romain qui s’y épanouit. Et pour le côte roannaise 2017 du Clos du Puy ou le côte roannaise 2015 l’Intégrale,  on a carrément affaire à de grandes bouteilles de garde, au caractère très affirmé.

Allez, c’est l’heure d’en boire, non ?